Accueil > Actions en cours, actualités... > Motion de l’AG de l’UFR TEB - Paris 6

Motion de l’AG de l’UFR TEB - Paris 6

jeudi 5 février 2009

L’UFR Terre-Environnement-Biodiversité s’est réunie en assemblée générale le 5 février 2009 à 12h30. Ont été votés :

- une semaine de grève reconductible, à compter du lundi 09/02, avec notamment la suspension des enseignements (Pour : 63 ; Abstention : 7 ; Contre:0),

- une motion (voir texte ci-dessous) reprenant et modifiant la motion 3 de la Coordination Nationale des Universités (unanimité des 70 votants).

Une prochaine assemblée générale de l’UFR est proposée le jeudi 12 février pour faire le point sur l’évolution de la situation et les suites éventuelles (reconduite de la grève).

- - - - - - - - - - - -

Motion de l’Assemblée Générale de l’UFR Terre-Environnement-Biodiversité réunie le 5 février 2009

Depuis près de deux ans, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a décidé et fait voter une série de « réformes » sans aucune négociation. Parallèlement, le Ministère a supprimé 1090 postes et développé la précarité des étudiants, des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des personnels administratifs, techniques et de bibliothèque. Ces mesures vont mettre à mal la qualité de la recherche et celle de l’enseignement du primaire à l’université. En conséquence, nous demandons :

* le retrait du projet de décret sur les statuts des enseignants-chercheurs, et la restauration des cadres nationaux des diplômes et des statuts ;

* le retrait de la « réforme » de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés ;

* l’arrêt du démantèlement des organismes de recherche et de la fonction publique en général ;

* le retrait du contrat doctoral ;

* la restitution des postes supprimés et la résorption de la précarité chez les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les BIATOSS et ITA par un plan pluriannuel de création de postes ;

* la titularisation des personnels contractuels ;

L’UFR TEB s’est aussi jointe aux inquiétudes légitimes des étudiants face à la dégradation de leur condition de travail et leurs perspectives professionnelles.